Sefi-Intrafor : experts en fondations (silos)

Retour

28|09 Synergie Groupe pour la modernisation de l’usine des eaux d’Orly

Au printemps prochain, le projet de modernisation de l’usine d’Orly d’Eau de Paris débuteront par les travaux de fondations, réalisés par Franki Fondation pour les inclusions rigides et Sefi-Intrafor pour la paroi moulée, les micropieux, le jet grouting et les injections. Razel-Bec se chargera ensuite des travaux de génie civil et Barbot fournira la charpente métallique de la nouvelle usine. La livraison est prévue en juillet 2021.

Le contrat de conception-réalisation remporté par Razel-Bec en groupement comprend la construction d’une usine de traitement des eaux (4 000 m2), d’un poste de relevage, d’un débitmètre et d’un canal de séparation des eaux traitées.

La phase de conception, en cours, s’appuie sur les études en BIM des équipes de Razel-Bec. Le BIM, couplé au logiciel de gestion de matériel utilisé par le MOA-exploitant Eau de Paris, permettra une maintenance optimale du site.

(*) Trait d’union entre Paris et la métropole, l’usine d’Orly traite l’eau prélevée en Seine, produisant en moyenne 25 % des volumes distribués (de l’ordre de 130 000 m3 /j). Sa filière de potabilisation actuelle lui confère une souplesse d’exploitation qui en fait l’usine privilégiée pour ajuster quotidiennement la production à la consommation des Parisiens.

Eau de Paris a décidé de moderniser l’usine d’Orly pour répondre à plusieurs objectifs :

- Garantir pour l’avenir une eau d’excellente qualité : il s’agit en particulier de mieux traiter les polluants émergents (résidus médicamenteux, etc.). La technique retenue est celle du procédé d’affinage sur charbon actif à renouvellement continu, couplée à des réacteurs Ultraviolets (UV), procédé fiable et éprouvé ;

- Renforcer la souplesse de fonctionnement de l’usine : la création d’une filière dimensionnée pour produire 150 000 m3/j indépendamment de la filière actuelle, permettra de fiabiliser la disponibilité de l’usine lors des opérations de maintenance en Dossier de presse « L’usine d’Orly » Page 6 sur 14 favorisant la modularité. La capacité maximale de l’usine de 300 000 m3/j sera préservée en faisant coexister les filières actuelles et futures. La réserve foncière dont bénéficie le site et la flexibilité des équipements de la nouvelle filière permettront une intégration facilitée ;

- Réduire l’impact environnemental de la filière, en particulier en réduisant les consommations d’énergie et de réactifs (produits de traitement), tout en limitant les émissions de gaz à effet de serre.

* Source : Eau de Paris

Illustration : Les Ateliers Monique Labbé, architectes / Jérôme COTTRAY – KILIMAGE, graphiste

Vue Usine des eaux d'Orly